vernissage

 

Interview de Bernadette Klein, dans la newsletter juillet Interwell 2011
médium – clairvoyante

Comment définis-tu ta médiumnité ? C’est un don ? une faculté que tu as développée ?
C’est comme si certains de mes sens étaient amplifiés, ceux ci me permettent de capter des informations qui parviennent directement de
l’aura de la personne mais aussi de percevoir des messages qui me sont transmis de l’au-delà. C’est donc sûrement un don, mais c’est aussi
une faculté que j’ai eu à développer notamment dans l’interprétation des messages reçus.

Si c’est un don, pourquoi certaines personnes l’ont et pas d’autres d’après toi ? Crois-tu qu’il y a « des élus » ?
Et si c’est une faculté que tu as développée, penses-tu que tout le monde peut être médium ?

Nous pouvons tous développer et affiner notre ressenti et c’est l’objet principal des formations que j’organise, mais il y a selon moi des individus particulièrement talentueux dont le chemin de vie consiste à entretenir un lien entre le monde d’ici et l’au-delà. Tout le monde peut progresser dans le développement de ses perceptions, mais il restera toujours des individus aux capacités exceptionnelles.

D’ailleurs, quelle est la définition que tu donnes au mot médium ?
Milieu ou intermédiaire.
Le médium est un intermédiaire entre le monde de l’au-delà et le monde physique que nous connaissons déjà.

Qu’est-ce qu’un médium ?

Un médium c’est comme un traducteur, il a la capacité d’éclairer le chemin de vie de son interlocuteur.Par tout ce qu’il perçoit, il permet d’expliquer les choix et les alternatives qui sont proposés à la personne qu’il  a en face de lui. Mais le choix et la responsabilité appartiennent toujours en dernier ressort aux consultants. C’est aussi quelqu’un qui fait le lien entre les vivants et les morts.

Comment se manifeste ta médiumnité ? Tu entends, tu vois, tu écris ?
Le plus souvent par flashs, mais aussi par des messages clairement entendu ou encore par des sensations ressenties dans mon propre corps.
Je vois, j’entends, je perçois des informations provenant directement de la personne qu’elle soit physiquement en face de moi
ou sur un support comme une photographie, mais aussi à travers un objet qui a été porté par quelqu’un : psychométrie.

Ce sont des manifestations positives ou plutôt négatives ? 
Les deux.

Comment gères-tu les mauvaises « annonces » ?
Toute vérité n’est pas bonne à dire, et tout le monde n’est pas capable d’entendre et de recevoir certaines informations, ici et maintenant.
Le rôle du médium est de savoir ce que l’autre est capable d’entendre pour éclairer ses choix.
C’est comme un guide de haute montagne qui sait quand et comment il va pouvoir faire passer une étape difficile.

Comment vis-tu avec dans ton quotidien, dans ta vie personnelle ?

Au début ça a été difficile et perturbant, le plus compliqué a été de faire le tri entre ce qui m’appartient et ce qui ne m’appartient pas

dans le champs de mes perceptions. Ca a été un chemin d’humilité vers toujours plus de vérité et de simplicité. Cela fait partie de moi
maintenant.

Comment gères-tu ta médiumnité ? Parfois, tu aimerais peut-être ne pas « voir » certaines choses ?
J’ai encore des questionnements par exemple pourquoi m’est t-il donné de percevoir des catastrophes imminentes quelques jours avant qu’elles
surviennent ?
Dans ces cas là, je me passerai bien de ressentir la douleur, l’angoisse, l’effroi de ce qui va survenir,

je me sens désarmée et vidée et je ne sais pas quoi en faire.
En séance c’est différent, car je sais que cela ne m’appartient pas.

Je sais que tu as suivies plusieurs formations, peux-tu nous citer celles
qui ont le plus comptées pour toi ? Et les rencontres que tu as faites ?
Est-ce que d’une certaine manière c’est de « la formation continue » ?

Oui j’ai suivi des formations aux Collège Arthur Findlay à Londres, en Suisse et au House of Spirit à Hanovre.

Elles m’ont permise de confirmer mes dons, de me rassurer sur le chemin qui m’était proposé de suivre et d’agir dans un cadre d’exercice

rigoureux et éthique.

Pour l’instant les rencontres les plus importantes ont été les médiums anglo-saxon comme Paul Jacobs, Tony
Stockwell, Janet Parker, Su Wood, Maureen Murmann, Gladdys Zurbriggen
et bien d’autres….
En ce qui concerne la formation continue, il y a plusieurs aspects d’une part chaque rencontre est un exercice, et
d’autre part, je m’entraine tous les jours même en dehors du cadre
formel des consultations.

Comme un sportif. D’autre part je continue à me confronter à d’autres médiums au cours de stage pour toujours affiner mes perceptions.

Tu fais des consultations. Les gens viennent te voir pour quel genre de demande ?

Est-ce que c’est comme dans la voyance où en général on vient consulter pour une question amoureuse, professionnelle ou un
problème de santé ?

Oui je fais des consultations à mon cabinet, mais aussi par téléphone ou internet.Ils viennent me voir pour toutes sortes de difficultés qui se

présentent à eux dans les domaines aussi différents que personnel, professionnel, amoureux, mais aussi beaucoup de gens qui ont des
souffrances, des questions avec leurs chers disparus.

As-tu une histoire extraordinaire à nous raconter en rapport avec ta médiumnité ?

La plus extraordinaire reste quand même celle qui concerne les contacts direct avec l’au-delà.